Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Colonel Spontini

Colonel Spontini

Dans un monde sans mélancolie, les rossignols se mettraient à roter. Emil Cioran


Invisible depuis 172 ans, un oiseau rare réapparaît à Bornéo

Publié par Colonel Spontini sur 28 Février 2021, 11:24am

L'Akalat à sourcils noirs a été trouvé en octobre 2020 à Bornéo, a-t-on appris ce jeudi.

Son nom : l’Akalat à sourcils noirs, malacocincla perspicillata en latin, ou brown-browed babbler en anglais. C’est un petit passereau de quelques dizaines de centimètres aux yeux rouges, dont nous ne savons presque rien. Et pour cause : personne ne l’avait vu depuis près de 180 ans ! Éclaircie dans un monde bien sombre, il vient de réapparaître, comme auparavant le chien chanteur, le coelacanthe ou le kangourou de Wondiwoi. De quoi réellement espérer ?

"La plus grande énigme de l'ornithologie indonésienne"

Le 5 octobre 2020, deux habitants, partis en forêt près de chez eux dans la partie indonésienne de l’île de Bornéo, "sont tombés sur une espèce d’oiseau inconnue", écrit l’Oriental Bird Club dans un article publié ce 25 février. "Ils ont attrapé cet oiseau puis l’ont relâché après avoir pris des photos." Ils contactent alors deux groupes d’ornithologie locale, BW Galeatus et Birdpacker, qui soupçonnent la découverte d’un Akalat à sourcils noirs. Découverte confirmée ensuite par des scientifiques locaux. 

La nouvelle, publiée dans la revue BirdingASIA, est "comme une illumination", explique son principal auteur Panji Gusti Akbar. "Cet oiseau est souvent considéré comme la plus grande énigme de l’ornithologie indonésienne. Il est époustouflant de se dire qu’il n’est pas éteint et qu’il vit dans les forêts de faible altitude." Il n’existait en effet jusqu’alors qu’un seul et unique spécimen connu de cette espèce, collecté dans les années 1840 et décrit en 1850 par un ornithologue français, Charles Lucien Bonaparte, suite à la découverte de l’Allemand Carl A.L.M Schwaner au cours d’une expédition. Depuis, personne ne l’avait officiellement observé à nouveau. Le spécimen du XIXe siècle est empaillé et exposé au Muséum national d’histoire naturelle des Pays-Bas.

Le spécimen trouvé dans les années 1840 et exposé au Muséum national d'histoire naturelle des Pays-Bas. Les yeux sont artificiels, d'où l'absence de couleur rouge. Crédits :  Par Huub Veldhuijzen van Zanten/Naturalis Biodiversity Center, CC BY-SA 3.0, httLe spécimen trouvé dans les années 1840 et exposé au Muséum national d'histoire naturelle des Pays-Bas. Les yeux sont artificiels, d'où l'absence de couleur rouge.

L'oiseau trouvé en octobre 2020, bien vivant, et pas plus gros qu'un billet de banqueL'oiseau trouvé en octobre 2020, bien vivant, et pas plus gros qu'un billet de banque Crédits : Muhammad Suranto / BirdingASIA

Depuis la découverte du spécimen vivant en octobre, les chercheurs attendent impatiemment de retourner sur place, mais leurs projets sont mis à mal par le contexte sanitaire. "Il n'y a pas de restrictions de déplacement pour l'heure, mais nous redoutons d'importer le virus dans la communauté locale à Bornéo", explique Panji Gusti Akbar, auteur principal de l'étude. "Nous espérons cependant explorer le site en août prochain, si la situation se stabilise." Les prochaines étapes qui attendent l'équipe scientifique : "Identifier la population d'oiseaux, l'habitat, et surtout la menace. L'Union internationale pour la conservation de la nature n'a aucune donnée sur l'Akalat à sourcils noirs, il est classé "data deficient". Nous espérons d'abord collecter plus d'informations pour mieux comprendre la situation de la population d'Akalats, avant de prendre des mesures de conservation de l'espèce", ajoute Panji Gusti Akbar.

"Il y a là une occasion unique de sanctuariser ces forêts pour protéger l'Akalat et les autres espèces", estime Ding Li Yong, co-auteur de l'article, et membre de BirdLife International. Quoi qu'il en soit, "les découvertes comme celles-ci sont incroyables et nous font croire qu'il est possible de retrouver d'autres espèces qui sont perdues du point de vue scientifique depuis des décennies ou davantage", a déclaré à l'AFP Barney Long, de la fondation Global Wildlife Conservation.

Chien chanteur, cœlacanthe, kangourou de Wondiwoi... Ces animaux que l'on pensait disparus à tout jamais ont été retrouvés

Ce n’est pas la première fois qu’une espèce disparue réapparaît aux yeux du monde. En août 2020, une étude américaine confirmait le retour des chiens chanteurs de Nouvelle-Guinée. Observés en 2016 et 2018, il a fallu des analyses ADN pour confirmer leur appartenance à cette espèce, censée avoir disparu à l'état sauvage depuis un demi-siècle. Ces chiens au cri très surprenant, à mi-chemin entre le hurlement de loup et le chant de baleine, ne subsistaient plus qu'en captivité, l'espèce s'appauvrissant au fil des croisements et de la consanguinité. "La population de chiens chanteurs sauvages n'est pas seulement importante pour la préservation de l'espèce, c'est aussi un chaînon important pour la compréhension de la domestication du chien", écrivent les auteurs de l'étude.

 

Article de Lisa Guyenne.

Lire la suite sur le site de France Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents